Letras

sábado, 8 de novembro de 2014

Chanson des prisons

Poema de Louise Michel (1971)

Quand la foule, aujourd’hui muette,
Comme l’Océan grondera,
Qu’à mourir elle sera prête,
La Commune se lèvera.

Nous reviendrons, foule sans nombre,
Nous viendrons par tous les chemins,
Spectres vengeurs sortant de l’ombre,
Nous viendrons nous serrant les mains.

La mort portera la bannière.
Le drapeau noir, crêpe de sang,
Et pourpre, fleurira la terre
Libre sous le ciel flamboyant.